Le « héron de l’enfer » terrestre était un assassin aquatique de 30 pieds

Les terreurs imposantes ont été découvertes sur l’île de Wight, riche en dinosaures.

À votre avis, à quoi pourrait ressembler ce qu’on appelle un héron de l’enfer ? Les hérons vivant aujourd’hui sont des oiseaux à longues pattes et au bec acéré. Vous pourriez imaginer qu’une version infernale de cette créature pourrait aussi avoir des cornes ou cracher du feu. Mais en vérité, c’était un dinosaure avec des dents de crocodile. C’est du moins ce que les scientifiques ont déterminé après une récente découverte de restes fossilisés sur l’île britannique de Wight.

Le héron de l’enfer est en fait l’une des deux nouvelles espèces de dinosaures découvertes, toutes deux de la famille des Spinosauridae, faisant de ces créatures des spinosauridés, ou dinosaures à épines. Les nouvelles découvertes ont été publiées mercredi dans.

“Les spinosaures sont cool”, déclare Neil Gostling , un biologiste de l’évolution à l’Université de Southampton qui a supervisé l’analyse des fossiles. “Je n’utilise normalement pas de termes comme” cool ” parce que je ne suis pas assez cool pour utiliser des termes comme ” cool “.

Une chose qui les rend si méchants est que ces Baryonyx spécifiques étaient des théropodes terrestres à la Frankenstein, avec des corps de près de 9 mètres de long similaires à ceux d’un T. rex, mais des têtes d’un mètre de long ressemblant davantage à des crocodiles Leurs museaux étroits et leurs dents acérées et incurvées auraient pu être une sonnerie morte pour les dômes des terreurs australiennes les plus familières, bien que les deux espèces ne soient pas directement liées.

Bien que ces spinosaures vivaient sur terre, ils étaient inhabituels en ce qu’ils étaient probablement des chasseurs aquatiques qui cherchaient du poisson dans les rivières. C’est de là que vient la partie « héron » : les scientifiques pensent qu’ils frapperaient pour le poisson de la même manière que chassent les hérons modernes.

Le héron de l’enfer a été spécifié comme Ceratosuchops inferodios , qui se traduit par « héron de l’enfer à face de crocodile à cornes ». L’autre s’appelle Riparovenator milnerae , ce qui signifie « le chasseur de berges de Milner », en l’honneur de la paléontologue britannique Angela Milner.

Ni Gostling ni son équipe n’ont trouvé les fossiles ; au lieu de cela, ils ont été découverts et donnés par deux collectionneurs de fossiles, Brian Foster et Jeremy Lockwood, qui ont fait don de leur butin au musée Dinosaur Isle. Selon Gostling, l’île de Wight est le meilleur endroit en Europe pour trouver des fossiles de dinosaures et l’un des dix meilleurs endroits au monde, en partie parce que l’île s’érode.

En ce qui concerne les nouveaux fossiles eux-mêmes, Gostling et son équipe travaillaient sur deux découvertes du début du Crétacé datant d’environ 125 millions d’années. L’un fait partie du museau à l’avant du visage et l’autre fait partie de la boîte crânienne. Ils ont 50 autres parties de la mâchoire avec lesquelles travailler, ils ont donc pu recréer approximativement à quoi ressemblait l’un de ces deux dinosaures.

Gostling dit que bien que ces dinosaures soient similaires, il n’est pas certain qu’ils aient vécu à la même époque ; ils auraient pu être séparés par un million d’années, en fait.

Bien que ces découvertes ne bouleversent peut-être aucun aspect de la paléobiologie, Gostling dit qu’à tout le moins, plus d’experts ont un œil sur les spinosauridés à cause d’eux. Cette analyse fossile fournit également une carte migratoire.

“Nous pouvons voir d’après notre analyse que les spinosaures sont originaires d’Europe, puis migrent en Amérique du Sud, en Asie et en Afrique”, explique Gostling. « C’est ce que nous avons de vraiment passionnant, les réponses aux questions de géographie ainsi que d’essayer d’aborder l’écologie en termes de diversité des animaux. “

Leave a comment